Mon cher Chair...Mon bon Bone

Bienvenue cher étranger...Tu te trouves ici Ailleurs c'est confus je sais, mais tu finiras par t'y faire...Ou pas.
 
CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 Serge ou Bounty, à vous de choisir (pas fini)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Emilien Lorence

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 19/10/2009


MessageSujet: Serge ou Bounty, à vous de choisir (pas fini)   Lun 19 Oct - 20:30

* Passeport *


Nom: Lorence
Prénom: Emilien
Surnom: Lorsqu'il se présente pour la première fois, il affirme toujours se nommer "Serge" voir même "Bounty"
Âge: 28 printemps
Orientation sexuelle: Aucunes préférences particulières...

* Plus personnel Now! *


Valeurs
morales:

Pour lui la "morale" est quelque chose de très subjective et personnelle. Ainsi, s'il devait tuer pour obtenir l'objet de ses désirs il n'hésiterais pas, s'il devait se servir d'un parfait inconnu pour que lui reste en bonne santé voir en vie tout simplement, il ne se poserait même pas la question. Dans son esprit, c'est sa personne qui prime avant tout autre chose ou personne. L'intégrité physique ou morale d'autrui, il n'en a que faire. Il est de ceux qui font ce qu'il veule quand il le désire, où il le désire avec les personne de son choix. Ne lui demander pas de tuer par plaisir mais par nécessité.

Limites à dépasser:
Emilien est parfaitement prêt et capable de dépasser toutes les limites, seulement s'il en tire un quelconque avantage.

Limites dépassées:
Ruiner une pauvre vieille veuve simplement parce que lui était sans le sous et affamé, cela constitue-t-il une limite morale dépassée? Emilien n'a jamais tuer qui que ce soit mais comme dit précédemment, si sa vie devait en dépendre il n'hésitera pas.

* Oh...je veux encore plus en savoir sur toi! *


Description physique:
Emilien n'est point un nain, loin de là. Il mesure un bon mètre quatre-vingt-sept. Bien bâtit et très bien conservé pour ses vingt-huit-printemps, ses multiples périples autour du monde on façonné un corps vigoureux et endurant sous des apparences trompeuses qui laisse à penser qu'il n'est qu'un jeune homme fluet, capable de se briser aux moindres coups. Au lieu de cela, Emilien est un homme plein de vie, qui sait parfaitement endurer les coups, qu'ils soient physiques ou mentaux. Il a en effet apprit très vite que les autres ne servent pas à grand chose à part faire du mal. La nature humaine étant ce qu'elle est, il est important pour lui d'être en mesure de tout subir, jusqu'au limites bien entendu du corps humain. Le mental reste une question de volonté et cette dernière ne connaît point de limites...

Ses cheveux, il les laissent négligemment pousser car il n'y accorde pas vraiment d'importance. D'un noir de jais, il les tient de sa mère. Ce pendant lorsqu'ils deviennent vraiment trop longs, il prend alors le temps d'aller poser son postérieur sur la chaise d'un coiffeur pour se faire dégager la nuque... Et également quand ses moyens le lui permettent, cela va se soi.

Ses yeux, bien qu'ils puissent paraître sombre sous ses regards froids et distants sont en réalité d'un vert très prononcé qui s'intensifient ou s'éclaircissent selon les émotions plus ou moins violentes que peut ressentir Emilien. Dans une règle générale, ceux-ci restent vert émeraude, froid comme la pierre précieuse et lointain, voir vide. Le jeune homme vous regardera toujours directement droit dans les yeux, sans ciller d'un pouce, ne cherchant jamais à se détourner de votre regard. Malgré tout, Emilien possède une vue exécrable. En effet, depuis tout petit, il ne voit quasiment rien, sinon flou et trouble, s'il ne porte pas ses fines lunettes à monture d'argent. Parfois il tente de porter des lentilles de contact mais cela reste extrêmement rare. De une car il ne les supporte pas beaucoup et de deux, car les mettre et les enlever lui demande beaucoup de temps, environ une heure voir plus... C'est donc par simplicité plus que par commodité qu'il ne quitte jamais ses lunettes, offerte par son père pour ses dix huit printemps.

Sa peau est blanche et laiteuse. Emilien est le genre d'homme à pouvoir bronzer très rapidement mais ses nombreuses journées passées enfermé dans les bibliothèques et autres librairies ne laisse jamais à sa peau l'occasion de prendre ce teint caramélisé que beaucoup affectionne, ce qui n'est absolument pas son cas: rester dehors sous un soleil de plomb pendant des heure juste pour changer légèrement de couleur de peau ne l'intéresse pas, ce n'est pas son "délire".


Style vestimentaire:
Lorsqu'il ne travail pas, Emilien reste quelqu'un de très simple sur le plan vestimentaire: jeans, baskets, chemises larges... Loin d'être un féru de mode, ce qu'il porte c'est avant tout pour y être bien, pour pouvoir bouger à sa guise. Ses vêtements sont donc les plus simples du monde même s'il arbore parfois quelques motifs sur ses T-shirt. De plus, il n'a jamais vraiment eu les moyens de s'acheter des vêtements hors de prix. Ce qu'il recherche avant tout c'est la simplicité et le confort.

En dehors de ça, sa tenue privilégiée reste le costume trois pièces: pantalon à pinces noir, chemise blanche, veste noire. Parfois il orne le tout d'une cravate mais en réalité, il oublie très souvent de la mettre et la laisse négligemment pendre sur un dossier de chaise dans sa chambre. Même s'il passe ses journées enfermé entre les livres et les bouquins, il estime qu'il doit porter une tenue un minimum correct, ne serait-ce que pour ne pas paraître trop négligé aux yeux des rares "clients" qui peuvent lui demander de l'aide.



Description mentale:
Calme... Très calme... Trop calme... Le moins que l'on puisse dire est que Emilien n'est absolument pas une boule de nerfs, prête à se jeter sur n'importe qui ou n'importe quoi. Il est un homme très posé et réfléchira toujours à deux fois avant de s'exprimer ou d'agir. Il soupèse toutes les options avant de prendre sa ou ses décisions. Son calme en perturbe plus d'un qui le pense amorphe et sans grand intérêt alors qu'au contraire, il a beaucoup à dire et à raconter, mais il ne partage ses expériences qu'avec ceux qui le mérite réellement, c'est-à-dire à ses yeux quasiment personne.

On le trouve également très froid. Et pour cause, Emilien à toujours l'habitude de vous examiner, de vous scruter en silence très minutieusement lorsqu'il vous voit, que ce soit la première fois ou non. Il aime savoir à qui il a à faire et étudiera le moindre de vos faits et gestes pour comprendre et décrypter qui vous êtes réellement. La gestuelle est en effet quelque chose de très important dans son esprit, peut-être plus que les mots.

Emilien ne parle que très peu de lui, n'aimant pas se mettre au premier plan de la conversation. Mais si vous savez rentrer dans ses petits papiers, il sera alors le meilleur des confidents, toujours à l'écoute et de bon conseils. Rare sont ceux qui le connaisse parfaitement, le jeune homme à pour habitude d'établir volontairement une barrière, une délimitation entre lui et le reste du monde.

Néanmoins, sous ses airs distants, Emilien est quelqu'un de terriblement têtu et obstiné. Lorsqu'il a une idée dans la tête, il ne l'a pas ailleurs. Il trouvera toujours le moyen pour obtenir ce qu'il désire, ce qui le rend assez calculateur pour ne pas dire carrément manipulateur. Se servir des autres pour parvenir à ses fins ne lui pose aucun souci d'éthique. Les autres ne lui ont jamais fait de cadeaux, pourquoi lui ne donnerait-il la peine d'en faire? Le monde autour de lui n'est qu'une vaste salle de jeux, les autres sont tous des pions, des jouets qu'il utilise à sa guise, casse, jette, reprend ou détruit.

"Mieux vaut être seul que mal accompagné", telle est sa devise et il s'y tient. Pourquoi s'encombrer de crétins qui ne lui mettront que des bâtons dans les roues, pourquoi se rendre plus faible pour une personne en particulier. Seule sa petite personne l'importe et il vous le fera toujours comprendre de manière directe et franche.


Goûts musicaux: La musique? Il n'en écoute jamais, cela le déconcentre pendant ses lectures...
Goûts Culinaires: Sous ses apparences, Emilien cache en lui un véritable cordon bleu! En effet, il apprécie les mets fins et délicats, les plats soigné et tendre. Même si souvent ses moyens financiers ne lui permettent que de manger de la nourriture bas de gamme, il tente de se préparer le plus souvent des plats digne de grands chefs. On peut dire qu'après ses livres, la cuisine est sa deuxième grande passion, d'ailleurs, toutes ses recettes il ne les a apprit que par le biais de la lecture.


*Autres: *


Code du règlement:
Code:
[hide]Ailleurs - La reine rouge - vous offre une drogue royale[/hide]
Comment trouvez-vous le forum? Splendide, graphiquement parlant. J'espère parvenir à me fier à ce contexte. Je ne peux juger l'ambiance générale du fo' puisque je débarque tout juste.
Votre présence sur le forum /10 : Malheureusement, vue mes horaires de taff, pas beaucoup. Je dirais entre 4 et 5/10...
Comment avez-vous connu le forum? Via le forum Mad House
Votre âge: 25 ans
Autres? : //


Dernière édition par Emilien Lorence le Jeu 22 Oct - 21:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emilien Lorence

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 19/10/2009


MessageSujet: Re: Serge ou Bounty, à vous de choisir (pas fini)   Jeu 22 Oct - 21:38

Passé de votre personnage: {Pas encore terminé}

Fils unique d’une mère anciennement sage femme et d’un père travaillant dans le commerce, Emilien aurait pu, aurait du, avoir une enfance banale, avoir des petits copains et des petites copines, jouer dans la cours, grandir sereinement, passer des études et avoir un emploi pour devenir un homme moyen, un individu lambda qui passerait inaperçu dans la foule des autres anonymes…
Oui si seulement il avait été lui-même ‘’normal’’… Mais comme la notion de morale, la normalité est une chose qui diffère d’un être à un autre. Pour lui, Emilien à toujours été quelqu’un de parfaitement sain d’esprit, capable d’identifier ‘’son’’
bien et ‘’son’’ mal…

** Ou la naissance d’un petit être à part **

Né en plein hiver, alors que des bourrasques de vent frappaient violemment la ville, alors que la neige blanche s’étendait implacablement partout où elle parvenait à s’accrocher, alors que beaucoup jouissait d’un repos bien mérité et partageait de copieux dîner familiaux, Emilien, petit bout d’homme à la chevelure sombre et aux yeux d’un vert bien trop brillant pour un nouveau né, posait pour la première fois son regard sur cette chambre bien trop blanche, bien trop éclairée et bien trop stérilisée qu’était la salle d’accouchement de l’hôpital de la ville…

Cette manie qu’avait la populace humaine de faire naître ces nouveaux nés dans des salles de la sorte était parfaitement ridicule et donnait une image complètement faussée du monde à ces nourrissons… La vie n’était pas blanche et lumineuse comme ces salles de travail… Et elle était loin, très loin d’être si propre et parfaitement saine… Non, la vie était bien plus sombre et sale et Emilien en fit l’expérience sans même sans rendre compte dès qu’il eu inspiré sa première goulée d’air…

Angela Rozen, fraîchement mariée Lorence avait passée plus de quatre longue heure à mettre au monde ce fils qu’elle avait tant désiré… Mais la vie étant ce qu’elle est, des complications se produisirent alors qu’elle vivait le moment le plus douloureux et paradoxalement le plus merveilleux de sa jeune existence… Les médecins qui s’affairaient autour d’elle tel un essaim d’abeilles près de leur ruche ne cessaient de baragouiner dans leur langage qui leur était propre et que la plupart du commun des mortels ne comprenait même pas… Des ordres étaient donnés, hurlés même, on s’agitait, on piquait cette nouvelle mère de toutes sortes d’aiguilles, même un junkie serait devenu vert de jalousie… On la perdait tout simplement… Trop de sang, beaucoup trop de sang, plus que la normale… Son corps se vidait inexorablement sous les yeux affables et impuissants des médecins et autres infirmières… Elle se vidait de son sang sous les yeux de son nouveau né qui lui, étrangement, n’avait pas poussé un seul cri. Il restait étonnement silencieux, trop calme. Bercé par une sage-femme complètement hypnotisée par ce spectacle morbide et qui en avait oublié même son rôle, alors qu’elle aurait du sortir nettoyer le bambin elle restait là, silencieuse elle-aussi, les yeux fixé sur cette mère qui ne l’aura été qu’un très court instant… Le nourrisson avait également les yeux rivé sur cette femme qui devenait de plus en plus rouge au fil des secondes… La première et dernière image qu’il eu de sa génitrice… Une femme hurlant de douleur, son visage déformée par le supplice qu’elle endurait, par la mort qui la grignotait jusqu’à la dévorer totalement… Bientôt, elle ne bougea plus,
n’émit plus aucuns sons. Son corps s’affaissa soudainement, la douleur était trop grande, incapable d’en supporter d’avantage, elle se laissa retomber mollement sur la table d’accouchement en mugissant. Le vent fut bientôt la seule chose qu’on
entendit dans la pièce, frappant avec une violence inouïe la petite fenêtre de l’hôpital d’où l’on n’apercevait que les ténèbres d’une nuit tombée bien vite et le blanc de gros flocons de neige qui s’écrasaient contre le verre. Emilien avait donc commit son premier crime alors qu’il n’avait que quelques minutes… Pour vivre, pour venir au monde il avait prit la vie de cette femme… Lui était en vie, en parfaite santé, elle était morte dans des souffrances terribles…

Malgré ce terrible moment, Emilien grandit. Sa vie qui débutait se poursuivait comme n’importe quel autre enfant de son âge. Il grandit, entouré du seul parent qui lui restait, son père. Mathias Lorrence qui peinait pourtant à se remettre de la disparition si brutale de la seule femme qu’il eu jamais aimé. Mais en bon père qu’il était, il ne laissa rien paraître. Pour la bonne croissance de son fils, il se devait d’être fort, de poursuivre également son existence. Il tenta du mieux qu’il put d’éduquer son fils, de faire en sorte qu’il ne manque de rien, qu’il vive dans un foyer le plus sain possible. Mais quoi que cet homme puisse faire, Emilien restait silencieux. Inébranlable, le jeune garçonnet n’émettait aucun son sauf pour montrer son mécontentement. Malgré ses rares épisodes on ne l’entendait jamais. Il restait aphasique, enfermé dans son monde de silence à regarder le monde tourner autour de sa petite personne, au plus grand désespoir de son paternel qui ne comprenait pas cette réticence à s’exprimer comme tout les autres ‘’mioches’’ de son âge…

** Quand on a rien à dire, on se tait **


Parler ? Et pour dire quoi ? Quel intérêt ? Lorsque je désirais quelque chose alors je lui faisait comprendre. Je savais attendre sagement l’heure des repas, j’allais
à l’école comme tout les autres, je faisais ce qu’on attendait de moi… Pourquoi me donnerais-je la peine de l’ouvrir alors que je n’avais rien de particulier à dire. Je n’allais pas me mettre à parler, élaborer des phrases même simplistes juste pour leur faire plaisir. Au contraire, j’aimais voir leur visage déçut et désespéré lorsqu’ils tentaient tous un par un, vainement, à me faire répéter leurs idioties tel un mauvais perroquet. J’avais beau être jeune, je n’en étais pas moins assez intelligent pour comprendre que répéter ‘’bonjour’’, ‘’papa’’ ou bien encore ‘’Emilien’’ne rimait à rien. Je ne leur ferais pas ce plaisir…


Et en effet, Emilien resta muet comme une tombe, le plus silencieux des gamins qu’on eu vu. Monsieur Lorrence emmena son fils voir des spécialistes à la pelle, tous plus incompétents les uns que les autres, tous incapable d’expliquer la raison de ce silence chez l’enfant si bien que nombre d’entre eux finirent par arriver à la conclusion simpliste suivante : muet. Et voilà qu’à quatre ans à peine, on lui collait déjà une étiquette sur le front. Muet. Qu’est-ce que ça signifiait ça ? Qu’il était incapable de parler et de s’exprimer pour des raisons physiologiques ou autres ? Sottises, Emilien était parfaitement en état de s’exprimer, de parler, chose qu’il faisait d’ailleurs très bien… Mais seul, lorsque personne ne pouvait l’entendre. Il s’adonnait à ce genre de pratique dès qu’il était seul. Alors qu’il apprenait à lire à l’école, une fois rentré chez lui, il relisait ses cours à voix hautes car malgré son jeune âge, il savait pertinemment qu’un jour où l’autre il devrait ouvrir sa bouche et parler à une autre personne que lui-même… Cette idée ne lui plaisait guère mais
il n’avait pas le choix.

Malgré tout, malgré cette réticence plus qu’inébranlable à parler, Emilien poursuivit sa jeune vie ‘’normalement’’. Il alla à l’école, passa de classe en classe sans grandes difficultés aucunes, avait comme les autres enfants de son âge des points forts et des points faibles dans ses études. Même s’il restait en retrait vis-à-vis de ses petits camarades (était-ce lui qui restait à l’écart ou les autres qui ne voulait pas l’approcher ?), Emilien était destiné à un avenir brillant au sein de sa scolarité. Encore une nouvelle étiquette qu’on lui collait sur le front. Brillant. La tête dans les nuages, souvent ailleurs, Emilien se sentait en réalité lassé de cet entourage qu’il n’avait pas choisit. Surement trop jeune pour s’en rendre véritablement compte, il commençait à se détacher du monde qui l’entourait, comme s’il n’y avait jamais réellement appartenu, comme s’il ne parvenait pas à comprendre ceux qui composait son monde, son père, ses maîtres et maîtresses, ses camarades de classe, ses voisins de quartier… Mais en réalité c’était eux qui ne comprenaient pas ce garçon aux pupilles émeraudes, c’était les autres qui ne faisaient pas partie de son monde et malgré tout leurs efforts, ils n’en feraient jamais partit…

Un jour, à l’heure du dîner, son père fit une énième tentative pour faire parler son fils. Comme tout les soirs, celui-ci racontait sa journée au travail, comment c’était passé sa journée en somme : quel genre de clients il avait vu, comment ses collègues pouvaient tous être de parfait hypocrites, comment sa patronne pouvait lui taper sur le système. Et au fil des récits de ses passionnantes journées d’un cadre moyen, Mathias posait innocemment quelques questions à son fils en espérant vainement que ce dernier lui réponde.

La voisine m’a dit que son fils était gravement tombé aujourd’hui… Tu sais Julien ?
Elle croit que son bras est cassé… Tu étais là quand ça c’est produit ?
Qu’est-ce que tu as mangé à la cantine aujourd’hui ? Moi comme d’hab’, sandwich…
Tu veux regarder une émission en particulier ce soir à la télévision… ?
Je regarderais bien le match de foot… Ca te branche Mat ?

Mais comme tous les soirs, Emilien restait de marbre, à fixer silencieusement son père d’un regard morne et vide, comme s’ils ne parlaient pas la même langue, comme s’il n’avait que faire des questions vaines et futiles que lui posait son père, comme si son géniteur était la personne la plus ennuyeuse au monde… Et comme tout les soirs, le père Lorrence finit, excédé devant le mutisme de son
fils, par hausser la voix et à s’énerver tout seul, poussant des jurons, maudissant ce silence atroce que tenait son fils et finit par lui demander pourquoi, pourquoi il ne parlait pas, pourquoi est-ce qu’il se contentait de fixer tout le monde avec ses yeux vide, comment il faisait pour ne pas avoir envie de s’exprimer, ne serait-ce que pour dire du mal des autres puisque les Hommes étaient tous doué pour ce genre de chose, cracher leur venin sur leur semblable… Emilien fixa alors son père d’une manière qui ne lui était pas commune. Comme si ce dernier avait soudainement capté les paroles de son géniteur, comme si, enfin, il avait trouvé un quelconque intérêt dans cette discussion dérisoire et sans grand intérêt. Mathias remarqua ce changement et en fut soudainement chagriné. Il fronça des sourcils, soudainement mal à l’aise sous ce regard nouveau que lui portait son fils. Puis, contre toute attente, Emilien soupira longuement avant de répondre le plus simplement du monde de sa voix enfantine mais étonnamment grave:

‘’ Quand on a rien à dire, on se tait… ’’

Puis, le plus naturellement du monde, il retourna à son dîner. Son père, sous le choc d’avoir enfin entendu la voix de son fils, de l’avoir vu de ses propres yeux s’exprimer, parler, répondre à une question qu’il lui avait posé avec une facilité déconcertante et une parfaite locution se laissa retombé sur sa chaise, fixant son fils avec étonnement. Ce fut peut-être la seule et unique fois qu’il entendit Emilien parler… C’était le jour de son septième anniversaire…

[A TERMINER]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel Beaulieu
La Reine Rouge ♥ Love travesti
La Reine Rouge ♥ Love travesti
avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 29/08/2009


Jusqu'à l'infini et au delà
Âge approximatif:: 24-25 ans tout au plus.
Orientation sexuelle (même si ça n'a pas d'importance): Pfeuh...J'en ai pas vraiment.
Que caches-tu dans ton sac?:

MessageSujet: Re: Serge ou Bounty, à vous de choisir (pas fini)   Sam 24 Oct - 22:07

helloooo

bienvenue et excuse moi pour le retard! je ne vois pas ton avatar TT_TT (et ça rime! xd)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alisse-chairbone.forumactif.com
Emilien Lorence

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 19/10/2009


MessageSujet: Re: Serge ou Bounty, à vous de choisir (pas fini)   Dim 25 Oct - 0:05

Bonjour et merci pour l'accueil.

Toi non plus tu ne me voit point... A croire que je suis maudit... Ça m'a déjà fait ça sur un autre forum et je t'avouerais que je ne sais absolument pas comment remédier à ce problème technique car primo, moi je le voit parfaitement, secundo je n'y connais absolument rien...
Si quelqu'un aurait l'extrême gentillesse de me venir en aide, je lui serais infiniment reconnaissant (et surtout, qu'on m'explique comment faire pour que je puisse me débrouiller seul...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel Beaulieu
La Reine Rouge ♥ Love travesti
La Reine Rouge ♥ Love travesti
avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 29/08/2009


Jusqu'à l'infini et au delà
Âge approximatif:: 24-25 ans tout au plus.
Orientation sexuelle (même si ça n'a pas d'importance): Pfeuh...J'en ai pas vraiment.
Que caches-tu dans ton sac?:

MessageSujet: Re: Serge ou Bounty, à vous de choisir (pas fini)   Dim 25 Oct - 22:57

mh...est ce que tu pourrais héberger ton image ici:
http://host.image.files.free.fr/

c'est un hébergeur de confiance puisqu'il est tenu par un ami graphiste. Essaye d'héberger l'image et file moi le premier et second lien via mp^^ je verrais ce que je peux faire =)

EDIT: AHHH C'est bon!!!! xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alisse-chairbone.forumactif.com
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Serge ou Bounty, à vous de choisir (pas fini)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Serge ou Bounty, à vous de choisir (pas fini)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mon cher Chair...Mon bon Bone :: Welcome Here Baby! :: Fiches de Présentation. -